Pour une poignée de crevard

crevard

Il y a des personnes dont on connaît tout. On peut prédire à l’avance les mots qu’elles vont employer, le ton sur lequel elles vont les dire, on peut anticiper leurs réactions, lire entre leurs lignes.

Par exemple, quand Charlie parle à toute allure, c’est que la conversation la met hyper mal à l’aise et qu’elle va tout faire pour la clore le plus vite possible. A l’intonation de Manue, je peux dire qu’elle ment et qu’elle réfléchit déjà à la façon de peaufiner sa vérité. Le nez plissé de Léa, c’est qu’elle est vénère. Ça ne trompe jamais : trois secondes plus tard, elle vous enchaîne comme une lionne. Et là, Raphaëlle, qui se la joue timorée devant ce mec, je sais qu’au fond, elle sait parfaitement ce qu’elle fait. Son projet est déjà établi : finir dans son pieu. Ou lui dans le sien, peu importe.

Je la soupçonne d’ailleurs de se ranger derrière la timidité pour pécho. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, mais ça a le mérite d’en séduire quelques-uns. Et visiblement, il fait parti de ceux-là.

Eye contact, sourires et sarcasme pour mieux se rapprocher. Le mec la joue classique, mais efficace. Enfin, classique, c’était sans compter son nom.

Le type s’appelle François Mauriac. Sans déconner, François MAURIAC. Rien que pour le blase, il vaut à être connu. Même s’il est complètement demeuré, on s’en fout, il faut l’avoir rencontré. Ça veut aussi dire deux choses : ses parents ont lu quelques bouquins, ce qui chez moi, peut anticiper une demande en mariage et qu’il a forcément plus de 40 ans, parce que plus personne ne s’appelle François depuis les années 70.

Notre homonyme enchaîne les compliments. Il la trouve jolie, élégante, mystérieuse. Il a envie de la connaître. Et très envie de l’embrasser.

Mais alors qu’ils discutent de choses et d’autres, MauMau lui avoue un truc : il est en instance de divorce. Et la simple prononciation de ce mot lui déclenche une rage folle. Enfin, des tocs si on veut vraiment être précis. Salope, re salope, p’tite salope, grosse salope, salope pute et pute salope. Mieux qu’un sonnet en alexandrin. Plus fort qu’une prose rythmique. Son aïeul aurait certainement parlé de filles de mauvaises vies, il l’emmerde son prédécesseur là, son ex, c’est une salope, c’est tout.

Ok, nous n’allons pas te contrarier. Mais en terme d’approche de séduction, on a connu mieux. Et puis, il finit par se calmer -il arrête de dire salope, en gros- et propose à Raphaëlle de l’accompagner faire la fête ailleurs. Elle accepte, c’est pas quelques salopes qui l’empêcheront de l’être dans son plumard.

Inspirant.

Ils se retrouvent dans un bar, tous les deux, et là, la tension monte. Elle brûle même. Le type a pratiquement la main dans sa culotte, ils sont à quelques doigts de nous tourner un porno réaliste. Prise dans son scénar’ de Marc Dorcel, Raphaëlle s’aperçoit trop tard qu’on lui a tapé son sac. Il lui faut du réconfort. Il lui faut une vodka.

Mais MauMau n’a pas d’argent, MauMau n’a pas de carte bleue, MauMau n’a pas de clopes, MauMau a tout juste une mobi carte. MauMau est un crevard.

« Il n’avait rien je te jure, pas centime, pas une roulée, pas un ticket resto, rien. Le mec est juste venu avec sa teub! »

Elle lui propose de rentrer chez elle. Il est chaud mais il n’a pas d’argent pour le taxi. Elle lui demande comment il comptait rentrer chez lui à 3 heures du mat. Il ne sait pas mais il est chaud. Elle lui dit qu’elle a de l’argent chez elle. Il est chaud. Elle est bouillante pour se le taper.

Arrivé à bon port, le mec siffle sa dernière bouteille de rosé, fume toutes ses clopes, il n’aime pas trop la bière mais comme y a plus rien d’autre… et puis il se met au boulot. Et ouais, mec, t’es pas venu pour faire un scrabble, c’est pas tout ça mais t’as du taf maintenant. Il accomplit sa tâche avec ferveur. Oui, MauMau y met du sien. Il se donne corps et corps. On ne peut pas être mauvais partout, me direz-vous.

Le lendemain matin, il lui dit qu’il aimerait beaucoup la revoir. Elle acquiesce poliment sur le palier et referme la porte aussitôt. Vivre en crevardise, c’est sympa une soirée, mais faut pas espérer un avenir de plus de 24 heures.

             Ben oui, mon grand, si ton ex est une salope, hier soir t’as été une belle pute.

Publicités