Tenue correcte décimée

tumblr_inline_mpo891Pt5J1qz4rgp

Vous savez ce qu’est le principal problème des vacances ? Hormis le fait de s’attaquer au rosé à midi, et de finir complètement alcoolo au bout de deux mois, bien sûr. Et bien, le vrai merdier, c’est la rentrée. Quand tu fais le calcul Calvi + Ibiza + Deauville -, parce qu’il fallait bien te mettre au vert après, quand même -. Et qu’au même moment, alors que t’as plus 10 balles pour t’acheter des clopes, les impôts te tombent sur la gueule. Ben ouais, ce serait pas drôle sinon. A ce moment-là, tu envisages à peu près toutes les solutions pour ne pas finir au resto du cœur. Même pute, tu y as pensé. Et comme penser n’est pas exercer, t’as le droit de l’avoir considéré, même deux minutes.

C’est un peu ce qui s’est passé pour Margaux. La dèche de la dèche. Ah ben, elle a bien fait de profiter ses vacances parce que là, elle risque plus de revoir le soleil jusqu’en 2040. Alors, en plus de son taf, elle a accepté tout ce qu’on lui proposait. Dont quelques extras dans le resto en bas de chez elle.

Et faut voir le patron du resto. On l’appelle « Joyeux » entre nous. Le mec, faut le tabasser pour qu’il rigole. Tu vois les rides d’expression ? Ce pli à côté de tes lèvres ? Ben lui, non apparemment. La seule marque qu’il a sur le visage, c’est le pli vénère entre les sourcils à force de faire la gueule. D’ailleurs, je pense que c’est lui qui a déposé le concept. Ouais, le mec a créé une secte. Le Raël de « je tire la tronche et je t’emmerde».

Et puis, allez comprendre pourquoi, Margaux a commencé à le trouver hyper sexy. Tu vois, ce côté animal, rustre, méchant même, ben ça lui a sérieusement donné envie de voir ce que ça valait au pieu.

– Mais il a pas une meuf Joyeux ?

– Si, mais elle porte des joggings avec des Birkenstock.

Je n’ai pas pu répondre. Personne ne peut surenchérir à ça.

Évidemment, ce qui devait arriver, arriva. Un soir, alors qu’elle ferme le resto, Joyeux la plaque contre le mur et là, ça part dans tous les sens. Les tables, le bar, même en cuisine, c’est baisodrome à tous les étages. C’est qu’il nous la fait royal, Joyeux. Ouais, il aurait presque esquissé un rictus.

– Et alors, c’était comment ?

– Le type grogne comme un lion mais nique comme un lapin.

– Ah merde !!

– Mais je compte pas rester sur un échec. J’ai déjà prévu ma revanche.

Et effectivement, quelques jours plus tard, Margaux sort l’artillerie lourde. Un peu avant la fermeture, elle monte chez elle se changer. Et là, garçon, t’es pas prêt. Si tu décroches pas un sourire à ça, c’est la taule direct.

Elle enfile un body en dentelle, façon salope de la rue St-Denis et par dessus, un simple kimono qui laisse entrevoir tout ce qu’il y a en dessous. Tout ça perché sur du dix centimètres, histoire d’être bonnasse jusqu’au bout.

Elle arrive dans le resto, prête à lui sauter dessus. Quand elle tombe le kimono, le mec hurle. Mais hurle du style « t’es complètement folle ma pauvre fille, on aurait pu nous voir ! ». Je ne suis pas un mec, mais si j’avais vu une nana faire ça, j’suis pas sûre que j’aurais pensé aux gens, là.

Et c’est reparti pour un tour, Roger Rabbit nous la fait façon Duracell. Supplice. Désastre. Ô Rage. Ô Désespoir. Une chose est sûre : il n’y aura pas de troisième mi-temps. Le lendemain, Margaux a donné sa démission. Un bout de pain et de l’eau valent mieux qu’un fast food de la baise.

Mais le plus dramatique arrive quelques semaines plus tard. Alors que Margaux contourne le resto pour ne plus le croiser, parce qu’il faut pas déconner quand même, un mec qui fait la gueule et qui baise comme un paraplégique ne mérite même pas qu’on lui dise bonjour. Et ben, à ce moment-là, alors qu’elle croit échapper au pire, elle tombe sur le plus que pire : sa meuf, enceinte jusqu’aux os. La bonne surprise. Joie. Bonheur. Ô Liesse. Ô Volupté.

« Tu vois le pire jour de ta vie ? Multiplie par 12. Et envoie-moi en Syrie. »

Joyeux s’était bien gardé de le lui dire. A quoi bon ? Ça va, c’est qu’un gamin après tout. Elle, c’est que la mère du gosse. Et toi, tu ne serais pas un gros enculé par hasard ?


Parce que tromper sa meuf enceinte, ça passe. En revanche, le combo body + kimono, c’était trop pour lui. A chacun son seuil de tolérance me direz-vous.

Publicités