La leçon de charclo

tumblr_lp0negtXOo1r0amiwo1_500

Il y a deux manières de réagir à une rupture : se buter à la Ben & Jerry’s en chialant sur Mariah Carey ou sortir jusqu’à plus d’heure, plus soif, plus aucune morale.

Manue a choisi la deuxième option. Un soir, elle débarque dans une fête où elle ne connaît personne, avec pour seul but de faire n’importe quoi, objectif auquel je voue une certaine passion.

Là, elle tombe sur un mec qui accepte de gentiment se torcher la gueule avec elle. Quelques verres plus tard, elle décide de rentrer avec ce jeune homme, dont elle ne connaît rien, hormis sa passion pour le rhum.

C’est comme ça qu’elle se retrouve dans un trou à rat de 10 m2, façon planque de punk à chien, avec un mec qui, manifestement, voulait naître rasta, mais qui a la gueule aussi blanche qu’un linge trempé dans la Javel.

A la lumière du néon, le type a aussi un sérieux soucis de chicos et vu la propreté de ses commodités, un alarmant problème d’hygiène.

Mais non content d’être un gros crado, Dégueu Ier a aussi un doberman, grand comme un poney et tendre comme la banquise en hiver, qui cohabite les murs de sa spacieuse demeure.

La vie est drôle. Tu sors en pensant laisser ton destin aux mains du hasard, mais en fait, la vie a déjà jeté les cartes pour toi. Des dizaines de fois, Manue a flashé sur des punks à chien en sortant le sien, mais elle n’est jamais allée plus loin parce que, tu comprends « ils sont un peu dégueu quand même ». Et ben, ce soir ma grande, t’as mis les deux pieds dedans. Démerde-toi maintenant.

Elle décide alors de s’allonger sur son futon et lui propose de dormir un peu. Là, elle essaie de ne pas penser aux milliards d’acariens qui sont en train de jouer au grand huit sur ses fringues. D’occulter les puces en train de se caler peinardes dans ses cheveux. De ne pas imaginer les mains crasseuses du mec sur elle.

Et la magie opère. Alléluia. Merci la vie. Tope-la le sommeil. Le type se met à ronfler. Avec un sang-froid olympien, elle enjambe les corps inertes du dégueu puis de son clébard et se barre le plus discrètement du monde.

Dehors, Manue savoure son évasion. Enfin, disons plutôt qu’elle kiffe deux minutes avant que le dégoût ne la rattrape. Elle a surtout envie de se désinfecter l’épiderme au Destop dans la douche d’une piscine municipale.
Ce qu’elle fait. Mais à grand coup de Sanex, dans sa baignoire, chez elle.

Le lendemain matin, elle finit par en rire. Comment a-t-elle pu suivre ce crado chez lui ? Comment a-t-elle fait pour s’allonger sur ses draps moisis ? Mais, tout est bien qui finit bien: elle s’est dépêtrée du punk à chien et ça fera une bonne histoire pour le blog.

Ça aurait pu finir comme ça, effectivement. Elle aurait pu se réveiller et se marrer. Mais c’était sans compter la magie de l’alcool. Ce pouvoir si fort qui te pousse à raconter des trucs insensés. Et même à balancer ton adresse, tiens.

Manue l’a compris en descendant de chez elle. Là, en face, sur le rideau de fer du magasin.

MANUE, JE T’AIME. Voilà ce qui était écrit, en majuscules et police 92.

Elle se souvient alors qu’en rentrant chez lui, elle lui a non seulement dit qu’elle était fraîchement célibataire mais aussi, allez savoir pourquoi, qu’elle habitait ce quartier, cette rue, ce numéro.

Chiale Natasha St Pier maintenant.

Et là, elle a un réflexe fantastique. Un réflexe auquel je n’aurais jamais pensé. Elle appelle Stop tag, un numéro vert mis en place par la mairie de Paris pour « nettoyer le paysage urbain ».

Au téléphone, elle explique clairement le problème au mec. Qu’elle était torchée, qu’elle a suivi un punk à chien qui a décidé de lui taguer son amour en grand, face à son immeuble.

« Je suis contre cet amour, vous comprenez ? »

Le mec a éclaté de rire.


Une heure plus tard, la devanture de la boutique était aussi clean que Manue, sûre de ne plus jamais flasher sur un punk à chien.

Publicités