S’il suffisait de liker

hashtag

Raphaëlle et moi, on passe notre temps à noter les mecs. Dans la rue, dans le métro, à la terrasse des cafés, même dans les films. Quand on n’est pas ensemble, on s’envoie des mms avec photo, note et commentaire. On a même établi un barème : le GAV. J’entends déjà mes copines avocates me parler de garde à vue, mais rien à voir les meufs, c’est vachement plus sexy que vos interrogatoires à Vitry.

Le GAV repose sur trois critères hautement essentiels : la Gueule, l’Allure, le Vêtement qui nous permettent d’établir régulièrement une liste de bombes avec qui on passerait bien un moment, voire une vie.

L’année dernière, mes insomnies et moi tombons sur un court métrage d’Arte genre film de propagande sous Mussolini. En temps normal, j’aurais changé de chaîne illico en insultant tous les biens pensants de la planète sauf que là, non. Parce que je tombe nez-à-yeux avec le plus grand beau gosse que je n’ai jamais vu. Une créature anormalement parfaite, un remède à la frigidité, un contre-pied à l’abstinence.

Je l’envoie à Raphaëlle. Sans surprises, on tombe d’accord.

« J’ai envie de me gaver de gnocchi et de danser nue dans l’Église de San Pietro. Mais d’où sort cette bombasse?? »

Comme des millions de filles avant elle, Raphaëlle décide donc de le suivre sur Instagram. 1500 selfies plus tard, le mec a gagné la première place du GAV, haut la main.

Seulement, la réalité nous revient de plein fouet quand on découvre que bombe sexuelle est fiancé à Miss Italie. Et, qu’en étant optimistes, on doit avoir une demi-chance sur un million de le pécho un jour. Notre histoire d’amour imaginaire aura duré 24 heures chrono, on vient de se prendre une veste et une écharpe de Miss dans la gueule.

Sauf que cette demi-chance à laquelle personne ne croit, elle existe vraiment. Si, si. Sur la vie de mon optimisme.

Septembre 2014. Raphaëlle part souvent à Dubaï pour le boulot. Cette fois, elle doit y passer 10 jours. Un matin, elle se lève à la bourre et choppe un taxi direction la réunion la plus importante de sa vie. Un petit check Facebook, Twitter, Instagram pour bien commencer la journée. Et là, elle voit que bombe sexuelle vient d’atterrir à Dubaï.

Il y a des dictons très énervants dans la vie comme « mettre toutes les chances de son côté » et « qui ne tente rien n’a rien ». Le genre de phrases toutes faites qu’on emploie à tort et à travers et souvent pour rien. Sauf que, dans le cas présent, Raphaëlle n’a rien vu de plus juste.

N’écoutant que les chœurs de la Chapelle Sixtine tambouriner dans le sien, elle se lance. Mais pour écrire quoi bordel ? « Hey ! » ne suscite pas de réponses ; « How are you ? » il ne te demandera pas comment tu vas en retour puisqu’il ne te connaît pas (et qu’il s’en branle, aussi) ; « Do you want to have sex with me ? » y a de l’idée mais un chouia trop direct. Va pour « Welcome to my 2nd home ! ». C’est nul, mais sur le moment, elle ne trouve pas mieux.

Et bien sachez que, parfois, la nullité paie. Pas tout le temps, mais sur un malentendu, ça peut marcher. Deux minutes plus tard, bombe sexuelle mentionne son nom dans un commentaire. Et elle a envie de répondre #dieuestgrand.

« We should meet ! »

La dernière fois qu’elle a été aussi excitée, ça doit remonter au concert des Spice Girls, en 1996. Mais il s’agit de la jouer fine, là.

« Sure, here is my number +971… »

Trois secondes plus tard, son téléphone sonne.

– « Ciao bella ! »
– « Hey ! How are you ? » (c’est bon, maintenant elle peut le placer)
– « Good. I am in Dubaï for 24 hours, I came here to shoot a commercial for Toyota. »

Cinq ou six échanges cordiaux plus tard, il lui propose de prendre un verre, histoire qu’elle puisse lui faire découvrir un endroit sympa, elle qui connaît si bien la ville. Elle lui répondrait bien que c’est surtout son pieu qu’elle veut lui faire visiter, mais elle se retient.

« I am really busy today but I will try. »

Bien joué, le côté overbooké, le mec ne doit pas avoir l’habitude.

Seulement, sa réunion est vraiment interminable. Raphaëlle trépigne sur sa chaise en écoutant les investisseurs parler accords commerciaux et partenariats. Les cons, ils sont en train de lui faire rater le seul partenaire vraiment viable de la journée : bombe sexuelle.

22 heures, elle est enfin libre. Elle repasse chez elle prendre une douche et se préparer. Elle a rendez-vous dans une demie heure avec lui, au bar de son hôtel. Quand elle arrive, il est là, un verre de vin à la main et lui sourit. Bombe sexuelle a l’air agréablement surpris, Raphaëlle se sent Sofia Lauren dans la Paysanne aux pieds nus.

Peut-être est-ce le fait d’avoir maté un bon millier de fois ses pubs, films et photos mais elle a l’impression de connaître tous ses gestes par cœur. Eros Ramazzotti hurle dans ses oreilles. Andrea Bocelli résonne dans sa tête. C’est officiel : elle est amoureuse.

Trois verres de vin plus tard, bombe sexuelle se lance.

« Do you want to have sex with me ? »

C’est marrant, elle voulait te poser la même question à 8 heures du mat déjà. Mais, alors qu’elle est sur le point de se transformer en brasier, Raphaëlle la joue étonnée.

– « This is a really explicit demand ? Don’t you think it’s a little bit faster ? »

– « Sei bellissima et volgio fare l’amore con tu.»

Le bâtard. Il a sorti la carte « je te parle en Italien ». C’est foutu. On n’est pas programmé génétiquement pour refuser une demande en italien. C’est pas dans nos cordes. On peut faire huit choses en même temps, supporter une épilation intégrale, faire douze heures de queue pour un sac Saint-Laurent à moitié prix, mais résister à un « bellissima machin chose », c’est mort.

Ça y est, elle est maintenant sur le point de se taper une création divine. Panique dans l’ascenseur. Panique dans le couloir. Arrivés dans sa chambre, il la jette sur le lit, enlève son tee shirt, – mamamia c’est quoi ce corps ???- et se passe la main dans les cheveux. S’en suit deux heures de sexe à l’Italienne. Le mec lui chuchote à l’oreille que c’est la piu bellisima, qu’il veut l’épouser et tutti quanti. Il aurait pu lui raconter la vie des cétacés en milieu hostile, c’était pareil.

Deux heures plus tard, bombe sexuelle attrape une cigarette et se met à se livrer. Son enfance, ses parents et Miss Italie qui l’a lâchement trompé, la pute. #GodBlessLesMissDeL’univers.

C’est comme ça qu’un matin, coincée dans la ligne 13, je reçois un message de Raphaëlle. « Je suis dans le pieu de GAV, la bombe sexuelle ». Évidemment, je ne la crois pas deux minutes. C’est impossible. Y a autant de chance qu’elle baise avec lui que moi je devienne pilote à la NASA. Un mms plus tard, je hurle.

« Meuf, tu as mon respect éternel. Tu es mon Dieu, mon sage, mon millésime, ma plus belle année. »

Quelques jours plus tard, bombe sexuelle lui a envoyé un message en lui disant qu’il avait passé une nuit magnifique à ses côtés. Elle a eu envie de faire encadrer le message, de le placarder dans tout Paris mais elle s’est contentée de nous le transférer.


C’est quoi l’Instagram de James Franco déjà ?

Publicités